Vidéo: Istanbul 2010: Grand Prix de Turquie – Red Bull : le clash

“C’est un putain de désastre !”, a commenté Mark Webber (Red Bull), accroché par son coéquipier Sebastian Vettel lors de leur passe d’armes au 40e tour de la manche turque, dimanche.

Les deux pilotes McLaren, Lewis Hamilton et Jenson Button avaient le sourire dimanche après leur impensable doublé au Grand Prix de Turquie de Formule 1, cadeau de l’écurie Red Bull après l’accident impliquant Mark Webber et Sebastian Vettel alors qu’ils étaient en tête. Hamilton, vainqueur pour la première fois cette saison, la 10e de sa carrière, concrétise avec ce succès le retour au premier plan de McLaren qui, à force de développements, a su ramener sa monoplace au niveau des Red Bull, jusqu’alors loin devant. Button, 2e après un joli mano a mano à cinq tours du drapeau à damiers avec son équipier, sur qui il avait pris le meilleur avant de se faire repasser devant, permet à l’écurie britannique de parfaire son triomphe. “Qu’il est bon de se battre à l’avant ! Merci à l’équipe pour son fantastique travail d’amélioration de la voiture. On est tellement plus proche des Red Bull maintenant. Il y a trois semaines, on n’aurait pas imaginé qu’on se battrait avec eux”, a commenté, rayonnant, le champion en titre.

La joie est d’autant plus grande pour McLaren que ce résultat semblait pour le moins inattendu avant le 41e tour. Mark Webber, parti de la pole, et Sebastian Vettel, qui avait dépassé Hamilton au départ, contrôlaient la course, avec une très légère marge sur Hamilton et Button. Vettel a alors choisi d’attaquer son coéquipier. Pour le malheur de Red Bull… Les deux pilotes se sont touchés. L’Allemand, parti en tête-à-queue, n’a plus redémarré, pneu arrière crevé. Webber, contraint de changer le museau de sa monoplace, s’est fait passer par les deux McLaren. Pour finir 3e.

“C’est un putain de désastre !”, a analysé, sans ambages, l’Australien. Et de donner sa version des faits : “Ce n’était pas mon plan de le voir à l’intérieur (du virage où s’est produit l’accident), mais il y était. Alors j’ai essayé de rester au milieu de la piste, aussi droit que possible. Pour que sa trajectoire soit la plus serrée possible jusqu’au virage suivant. Il aurait été dans une très forte position au point de freinage. Mais avant qu’il n’y arrive, il est parti sur la droite. Je n’ai pas pu réagir assez vite car je ne m’y attendais pas. C’est pour cela qu’il y a eu contact. Vu de la voiture de Seb, on peut penser que j’ai tourné à gauche vers lui. Mais je suis assez sûr qu’il y a eu un mouvement de sa part”, selon Mark Webber.

Sebastian Vettel, courroucé après l’accident, n’est pas d’accord : “Il est clair en regardant les images que j’étais à l’intérieur, devant lui et que je me concentrais sur le point de freinage. Honnêtement, vous pouvez voir qu’on s’est touché, qu’il a touché ma roue arrière droite, et je suis sorti.” Les caméras embarquées des deux pilotes ne permettent pas de solutionner le mystère. A vitesse réelle, Vettel semble toutefois plus fautif que son partenaire.

Qu’importe le responsable, la nuit promet d’être chaude chez Red Bull qui, après les errements de début de saison, a laissé passer une nouvelle occasion de se détacher de la concurrence. Webber, avec 93 points, reste en tête du championnat, pour 5 petites longueurs, devant Button. Mais McLaren dépasse l’écurie autrichienne au championnat Constructeurs. En bas du podium, les deux Mercedes des Allemands Michael Schumacher (4e) et Nico Rosberg (5e) ont fait étalage de leurs progrès… et de leurs insuffisances. Les flèches argentées, malgré un Schumi retrouvé, ne sont toujours pas dans le rythme des meilleurs. Robert Kubica (Renault) est sixième, devant les Ferrari de Felipe Massa, septième, et Fernando Alonso, huitième après une belle remontée.

Source: AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.