Italie, Serie A: Scandale sur le Calcio, Suspects: Beppe Signori et Marco Paoloni …

Après le Totonerro dans les années 80, qui ébranla notamment la légende Paolo Rossi, et le Calciopoli qui provoqua la relégation de la Juve en Serie B, l’Italie pensait en avoir fini avec les scandales à répétition qui polluent son football. Il n’en est rien. Mercredi matin, les carabiniers ont procédé à l’arrestation de seize personnes lors d’une opération de grande ampleur pour leur implication dans des affaires de corruption et de paris illégaux. Beppe Signori, le triple Capocanoniere (1993, 94, 96) sous le maillot de la Lazio, est la principale personnalité mouillée dans cette affaire. L’enquête est dirigée par la police de Crémone (nord) en collaboration avec des unités de Rome, Naples et Turin, notamment. Les magistrats ont émis sept mandats d’arrêt tandis que les neuf autres suspects ont été assignés à résidence. C’est le cas de Signori. Les charges retenues par le procureur de Crémone sont très lourdes: “’association de malfaiteurs” et “‘extorsion de fonds”.

Soupçons sur Inter-Lecce

Tout a commencé après la rencontre de Ligue Pro 1e division (l’équivalent du National) Cremonese-Paganese (1-0) du 14 novembre 2010. Après le match, plusieurs joueurs de la Cremonese ont été hospitalisés pour des douleurs aigües aux ventres. Rapidement, les dirigeants suspectent une personne étrangère au club d’avoir versé dans l’eau mis à disposition des joueurs du Lithium (un sédatif très puissant). Un joueur de la Cremonese a même eu un accident de la route après la rencontre après s’être assoupi au volant. Le club porte alors plainte et déclenche l’enquête qui a mené aux arrestations de ce mercredi.

Les investigations, qui concernent 28 personnes, se sont poursuivies il y a deux mois grâce à des écoutes téléphoniques. La plupart des personnes inculpées seraient des joueurs ou des anciens joueurs professionnels. Outre Signori, Cristiano Doni, lui aussi ancien international, est également concerné. Les matches suspectés initialement étaient des rencontres de Serie B ou de Lega Pro (troisième ou quatrième division italienne). Mais au fur et à mesure que leur enquête avance, les policiers de la ville de Crémone se sont mis à suspecter également certaines rencontres de Serie A.

Le jour où Moggi prend 5 ans…

La rencontre Inter Milan-Lecce (1-0) du 30 mars dernier est tout particulièrement dans le viseur. Beppe Signori et Marco Paoloni, l’actuel gardien de Benevento (Ligue Pro 1e division), auraient tenté, sans succès, de contacter plusieurs joueurs de Lecce afin que ces derniers laissent l’Inter s’imposer sur un score fleuve. Le but étant de parier ensuite sur une victoire du club milanais avec plus d’un but d’écart. Pour Guido Salvini, le procureur de Crémone, les “manipulations et leur fréquences sont énormes. Certains jours, plus de cinq rencontres à la fois étaient truquées”. Mario Macalli, le président de la Ligue italienne de football, a annoncé ce matin que cette dernière se constituait partie civile “afin que les responsables de ce scandale paient pour la mauvaise image qu’ils donnent de notre football”. Ironie du sort, c’est précisément ce mercredi que le procureur chargé du “Calciopoli” a requis cinq ans de prison à l’encontre de l’ex-directeur général de la Juventus Turin Luciano Moggi, pour son rôle dans cette affaire. La presse italienne voit déjà dans ce nouveau scandale un tremblement de terre de la même dimension. Le football italien s’en remettra-t-il?

Source: Hichem SADAOUI / Eurosport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.